Vous êtes ici: Accueil > Le ministère > L'histoire du ministère de la Défense > Le ministère fédéral de la Défense en 1955 > Helmut Schmidt 

Helmut Schmidt

Helmut Schmidt est le premier social-démocrate de l'histoire de la République fédérale au poste du ministre de la Défense. Il réussit au début des années soixante-dix à adapter la Bundeswehr aux changements du contexte de sécurité.

Helmut Schmidt (Source: Bundeswehr)Größere Abbildung anzeigen

Helmut Schmidt, qui est le fils d'un professeur, est né le 23 décembre 1918 à Hambourg. Ayant passé son baccalauréat dans sa ville natale, il est appelé sous les drapeaux au début de la Seconde Guerre mondiale et fait prisonnier par les Britanniques peu avant la fin de la guerre.

Après sa libération, Schmidt entame des études d'économie et de sciences politiques, sanctionnées en 1949 par le diplôme d'études économiques supérieures. Membre du Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) depuis 1946, il est élu en 1953 au deuxième Bundestag et, très rapidement, devient l'expert militaire de son parti.

Au début des années soixante, Schmidt quitte cependant le domaine de la politique fédérale pour devenir ministre de l’Intérieur du land de Hambourg. En cette qualité, il dirige les opérations de sauvetage lors de la crue de l’Elbe en février 1962. Son action énergique et réfléchie lui vaut une réputation de gestionnaire de crises efficace.

Dans le premier gouvernement socio-libéral dirigé par Willy Brandt, Schmidt occupe, à compter du 21 septembre 1969, le poste de ministre de la Défense.

En cette capacité, il est, entre autres, chargé de l’adaptation, engagée par son prédécesseur Gerhard Schröder, de la Bundeswehr à la nouvelle stratégie de la « riposte graduée » de l'OTAN. Son mandat est aussi marqué par la réorganisation de la formation au sein des forces armées et la compression du service militaire obligatoire de 18 à 15 mois.

En 1972, Schmidt est nommé au poste de ministre fédéral de l'Économie et des Finances. Après la démission de Willy Brandt à la suite de l'affaire « Guillaume », il est élu, le 16 mai 1974, cinquième chancelier de la République fédérale d'Allemagne.

Dans les années qui suivent, le gouvernement Schmidt doit faire face à une vague d'attentats terroristes perpetrés par la « Fraction armée rouge » (RAF) et culminant dans l'enlèvement et l'assassinat du président du patronat allemand Hans-Martin Schleyer en octobre 1977.

Comme chancelier, Schmidt s'engage activement à partir de 1979 pour la mise en œuvre de la double décision de l'OTAN et entre ainsi en conflit avec son parti. Le 1er octobre 1982, il est obligé de démissionner à la suite d'un « vote de défiance constructif » au Bundestag.

Après son retrait de la vie politique, il travaille comme gérant et coéditeur de l'hebdomadaire « Die Zeit ». Le 16 décembre 2003, l'université de la Bundeswehr est baptisée en son honneur « Helmut-Schmidt-Universität ».

retour au début de la page


FußFzeile

Haut

Situation 03/12/13 | Auteur: 


http://www.bmvg.de/portal/poc/bmvg?uri=ci%3Abw.bmvg.ministerium.geschichte_bmvg.verteidigungsminister_seit_1955.helmutschmidt